lundi 5 mai 2014

Un trail sur des terres royales ! C'est fait et bien fait !




Lundi 24 mars 2014

C’est avec un morceau de musique d’une beauté incroyable que va commencer ce compte à rebours du début d’un trail qui tient une place toute particulière dans mon parcours de sportif. 

Ce sera ma deuxième participation en ce qui me concerne et pour la deuxième fois une belle histoire d’amitié.

J – 5 comme le dit le message reçu ce soir de l’organisation.

Pour le première fois depuis longtemps je suis impatient de m’élancer sur ces sentiers et puis ces routes qui m’ont tant donné deux ans en arrière : leur lot d’émotions, de satisfactions et de petits bonheurs.

Dès ma première participation en 2012 j’avais été conquis par ce parcours varié et familier : 

 Distance : 31km

% de chemins et sentiers : 82%

Dénivelé : 600 D+
  
Depuis l'Avenue du Château (Meudon 92), en passant au pied de l'Observatoire de Meudon, site magnifique, non autorisé au public, puis par la forêt Domaniale de Meudon, la forêt Domaniale de Fausses Reposes, le Domaine national de Saint-Cloud, l'Ile Saint-Germain, les quais de Seine et la Tour Eiffel :

Communes traversées* :

Km 0    Départ : Ville de Meudon (92)
Km 9    Commune de Chaville (92)
Km 13  Commune de Ville d'Avray (92)
Km 17  Commune de Marnes-la-Coquette (92)
Km 20  Domaine National de Saint-Cloud (92)
Km 26  Commune de Sèvres (92)
Km 27  Commune de Meudon (Bas) (92)
Km 28  Entrée dans le Parc de l'Ile Saint-Germain (92)
Km 29  Commune d'Issy-les-Moulineaux (92)
Km 30  Ville de Paris XV (75)
Km 31  Arrivée du Trail sur la terrasse du Mail Branly au-dessus du Port Suffren - Paris VII face à la Tour Eiffel (75)

Les images que je garde précieusement associe le plaisir des chemins qui n'a d'égale que la beauté des forêts traversés. 
















Mardi 25 mars 2014

La toute première préoccupation de la journée ne tient que dans ce que nous réserve la météorologie ainsi que ses prévisions pour le jour J :

SAM
29
MAR
Samedi à Paris l'état du ciel restera changeant. Nuages et larges éclaircies. Pas de précipitations. Vent modéré. La fiabilité de la situation est particulièrement faible, parce que l'ampleur de la couverture nuageuse est difficile à évaluer. Pour la nuit de samedi à dimanche, ciel peu nuageux devenant variable. Vent modéré.




NUIT

Ressentie 7°
Eclaircies.
Passages de systèmes nuageux denses
Rafales d'Est
Description : http://image.lachainemeteo.com/images/lachainemeteo2013/previsions/vent/38x38/arrow_e_yellow.png
15Km/h
MATIN

Ressentie 2°
Ciel variable avec nuages et larges éclaircies.
Rafales du Sud-Est

30Km/h
APRÈS-MIDI

16°
Ressentie 13°
Ciel variable avec nuages et larges éclaircies.
Rafales du Sud-Est

40Km/h
SOIR

13°
Ressentie 11°
Ciel voilé.
Rafales du Sud-Est

45Km/

Et ce sera la même chose chaque matin jusqu’à la veille de la course.



Si je pouvais choisir, je signe tout de suite pour un temps comme cela, frais le matin sans pluie et qui se réchauffe au fur et à mesure du déroulé de la journée.

La course de 10 kilomètres d'hier m'a rassuré sur mon état de forme et m'a donné une motivation supplémentaire pour ma séance de VMA d'hier soir. 


Celle-ci est toujours un moment de partage intense avec les ami(e)s du club et je ressors de ces exercices imposées , complètement rincé mais tellement heureux. 


Tellement heureux que je pense que mes affaires seront prêtes bien avant la veille de la course...


Mercredi 26 mars : J - 3 


Ca se rapproche et j'avoue que j'ai des fourmis dans les jambes , tout ce que j'ai pu écrire juste au-dessus se confirme ! 


Toujours la même préoccupation des conditions météorologiques qui nous attendent ... : 


Le sac est sorti et prêt à être rempli. 


Demain soir je parie que ce sera fait .


Et maintenant il faut penser à aller se coucher pour se constituer des réserves d'énergie. 











Lundi 31 mars 2014 

Deux jours après la cours je peux dire que la météo a tenu parole et a préservé ce temps clément et agréable qu'elle nous annonçait depuis plusieurs jours. 

ça y est , c'est fait, je l'ai fait ! 

Rassemblement à l'observatoire de Meudon exceptionnellement ouvert pour l'occasion. 


Nous sommes nombreux , non en fait très nombreux pas loin de 3000 à piaffer d'impatience dans la côte qui mène à l'observatoire. 

Je retrouve mon ami Fabrice et nous restons ensemble jusqu'au départ (je sais bien que je n'ai aucune chance de le revoir dès que le départ sera donné...).


Nous croisons aussi Thomas et je crois savoir qu'on aurait également pu croiser d'autres verts et jaunes qui ne se sont pas déclarés.

Le départ en vague permet d'espacer un peu les 3000 coureurs mais on reste quand même bien groupé jusqu'au ravitaillement de Saint Cloud , entre temps ça monte , ça descend , on survole tant bien que mal des pierres des rochers. 


On se prend des branches dans la figure bref c'est toute la variété du parcours en forêt pour cette première partie. 

Bien sûr il nous faut aussi traverser quelques routes et quelques zones d'habitations mais le parcours est bien choisi et très agréable. 


Le beau temps qui deviendra chaud au fil de la course y est aussi pour beaucoup. 

Je me donne de 10 à 12 kilomètres pour le premier ravitaillement en auto suffisance et me fixe l'objectif d'un rythme de 10 KM / H (je le tiens sur la première heure pour l'oublier dès que je bascule sur la deuxième tranche horaire). 

Au kilomètre 10 je fais ma pause comme prévu , retire ma veste et la range dans le sac et prend un bidon bien rempli, une barre aux céréales et c'est reparti. 

Quelques embouteillages sur certaines portions m'obligent à marcher là ou je n'en avais ni le besoin , ni l'envie et qui me feront dire un peu plus tard que je vais le regretter quand je ne pourrai pas m'empêcher de marcher. 

Jusqu'à l'unique ravitaillement de la terrasse du parc de Saint Cloud , ça va encore , je suis entamé mais je tiens bon. 

Jusqu'à Saint Cloud nous avons eu l'occasion de traverser les grands domaines de chasses royales , Saint Cloud en est le point d'orgue.

Voila pourquoi je parle d'un trail sur des terres royales ! 

Avec un point culminant à 160 m d'altitude, le domaine national de Saint-Cloud dispose, de par sa position privilégiée, d'exceptionnels panoramas sur la capitale et ses environs. 

Ce domaine, caractéristique de la période classique, redessiné par Le Nôtre au XVIIe siècle, est aussi un conservatoire des techniques hydrauliques anciennes.
 
Ancien bien de la Couronne, le domaine national de Saint-Cloud constitue un ensemble majeur du patrimoine historique et artistique français.
Monsieur, frère de Louis XIV, fait appel aux architectes Le Pautre et Hardouin-Mansart et au peintre Mignard pour agrandir et embellir son château entre Paris et Versailles. En 1785, les ducs d’Orléans vendent le château à la reine Marie-Antoinette qui le fait transformer et décorer par son architecte Mique. Résidence d’été des souverains au XIXe siècle, le château de Saint-Cloud est incendié en 1870 puis rasé en 1892.
Clos de murs et de grilles, le domaine de 460 hectares, agrémenté de statues, a gardé l’ordonnance de Le Nôtre (1660-1690). Le réseau hydraulique recèle des éléments du XVIIe siècle : à la belle saison, les grandes eaux jouent dans les bassins et à la Grande Cascade. Les salles rénovées du Musée historique évoquent les grandes heures du château et de son parc.
Près du fleuve, la jardin bas, surface plane de parterres, de pelouses sillonnées d'allées bordées d'arbres, abrite la Grande Cascade qui s'épanouit depuis la lisière du coteau boisé. Jets, bouillons, cascades, chandeliers d'eau ou vasques au masque grimaçant rythment ce fabuleux ouvrage hydraulique qui s'étend sur 92 m de long.
 
Par des sentiers escarpés gravissant le coteau arboré, le promeneur parvient au bassin du Grand Jet, qui s'élance à plus de 40 m de hauteur, et peut atteindre, en empruntant l'allée de la Balustrade, la Lanterne. Point d'orgue d'où rayonnent la plupart des allées du parc, surplombant le pavillon de Breteuil, la Lanterne propose un panorama unique sur la Seine, Paris et sa banlieue, les bois de Boulogne, de Clamart et de Meudon.
 
Du bassin du Grand Jet, un escalier conduit à la terrasse où se dressait le château, aujourd'hui disparu. La perspective reste. D'ici, on peut voir la succession des bassins et des  jets d'eau.
 
A la rigueur du jardin à la française, le visiteur peut préférer le jardin anglais du Trocadéro, situé au-dessus de l'emplacement du château. Ici, l'ambiance intime donne envie de se promener au gré des chemins serpentant parmi les massifs de seringas et de mahonias, ou parmi les grands arbres enserrant une vaste pelouse aux contours irréguliers, animée d'une pièce d'eau.
 

Les amateurs de nature sauvage peuvent poursuivre leur visite sur le plateau pour parcourir le dense boisement de feuillus.





Ce domaine est un formidable terrain de jeu pour les sportifs en tout genre.

Je me pose 10 minutes et en profite pour recharger les batteries et échanger avec Aurélien un ami triathlète qui est bénévole sur le ravitaillement. 

La descente sur l'entrée du parc est n'est pas '' facile '' mais se passe. 

C'est plutôt la partie du bord de seine et le nombre de plus en plus important de coureurs qui marchent qui me font lacher prise et commencer à alterner marche et course. 

Depuis de longues minutes déja je bois de plus en plus et surtout je m'arrose , je ne regrette pas du tout la visière que m'a apporté Fabrice le matin même ni mes nouvelles lunettes de soleil qui me protègent bien. 

Le paysage environnant est de plus en plus urbain même si le parcours traverse les parcs de Sèvres , Meudon ,l'ile Saint Germain avant de remonter sur Paris. 

Je profite des parcs et des sources d'eau pour me rafraichir et me 

Les organismes , le mien mais aussi ceux des autre coureurs , sont à la peine , et souvent l'option de marcher devient indispensable. 

Cela permet de mieux repartir et de reprendre un peu de force. 

Finalement la dernière ligne droite est plus rapide que prévue , elle nous mène à l'arrivée qui se situe juste avant le pont d'Iéna sous les yeux incrédules des touristes et des spectateurs.

Je récupère le t-shirt et prends le chemin du retour en savourant le chemin parcouru.

Et trois semaines plus tard je plane encore en pensant à la saison qui démarre si bien et qui va se poursuivre sous peu avec un marathon qui s'annonce plein de promesses. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire