lundi 27 janvier 2014

What a bike ! (WATTBIKE)




C'était le premier défi de l’année, ni le plus long, ni le plus difficile !

Et pour accompagner ce compte rendu rien de mieux que ce morceau d'exception , 
prestation de   

Macklemore and Ryan Lewis , Mary Lambert & Madonna performing 

aux Grammy Awards 2014 !

Le premier défi c'était de savoir si j'allais y aller. En effet les soucis divers et variés qui durent depuis des mois ont tendance à me faire changer d'avis assez facilement et à me laisser replié sur moi-même.

Sauf que cette fois j’ai vraiment envie d'inverser la tendance et de me lancer dans un cercle vertueux et quoi de mieux qu’un premier triathlon au format un peu particulier pour démarrer sur de bonnes bases.

L’épreuve
L’épreuve du triathlon consiste à̀ enchainer natation, vélo et course à pied sans arrêt du chronomètre.
Elle se déroule en 8 vagues de 12 concurrents.
A l’issue de ces vagues, les 12 meilleures femmes et les 12 meilleurs hommes seront qualifiés pour les finales.

Elle est ouverte à̀ toute personne âgée de 18 ans et plus.

La natation
La natation se déroule dans la piscine Fernand Blanluet du Pré́-Saint-Gervais, bassin de 25 mètres.
§ Distance 300 mètres
§ 3 concurrents par couloirs

Le vélo
Le vélo se déroule sur un ergo cycle Watt bike combinant freinage à air et magnétique
§ Distance 7 kilomètres

La course à pied
La course à pied emprunte les rues de la ville du Pré́ Saint Gervais avec passage devant le collège Jean-Jacques Rousseau, l’Hôtel de Ville, le square Edmond Pépin.
§ Deux boucles de 1 km § Distance totale 2 km
L’organisation est optimale, direction indiquée dès la sortie dès l’entrée dans la ville. Parking pour les triathlètes et échanges avec tous les  bénévoles croisés sur le chemin.

Accueil hors normes à la piscine qui, comme toujours pour ce type d’épreuve, est au cœur de l’événement.
12 Appareils Watt bike au bord du bassin et parcours de course à pied autour de la piscine.

Je récupère le bonnet et le dossard et prépare mes affaires qui iront rejoindre le casier de la piscine pendant le triple effort.

En attendant le briefing d’avant course, je profite et je savoure cette ambiance si particulière propre aux épreuves de triathlon.

Et c’est à ce moment précis que je réalise à quel point cela m’avait manqué !

Le briefing est imminent et tout s’enchaîne assez vite, là encore l’organisation est aux petits oignons pour les participants.

Je fais connaissance avec Sophie, la bénévole qui va me supporter pendant les deux premières épreuves. Elle m’explique les détails liés à l’utilisation du Watt bike.

Une fois le réglage effectué je descends dans la piscine et m’échauffe grâce à deux longueurs, je n’en ferai pas plus par peur de ne pas tenir les 300 mètres…

Et je me connais bien car une fois le départ donné je parcours les deux premières longueurs de 25 mètres sans trop de difficultés mais la suite n’est pas aussi fameuse…je suis à la peine et le mot est faible.

Et dire que mes deux compagnons de ligne s’inquiétaient de mon niveau…je les avais pourtant rassuré mais ils ne m’ont pas cru sur parole, là je crois qu’ils ont bien compris.
Il en faut bien plus pour m’abattre et je ne lâcherai rien sur ces distances super, super sprint qui ne vont pas m’attendre ni me laisser tout mon temps  pour m’exprimer …

J’ai bien compris que ne sortirais pas parmi les premiers alors je regarde droit devant moi et atteint les 250 mètres avec soulagement car ma partenaire de Watt bike vient de me signifier par un geste de planche au-dessus de ma tête qu’il me reste 50 mètres.

Elle m’a déjà encouragé pendant mon chemin de croix aquatique mais de là ou je me trouve c'est-à-dire dans ma bulle aquatique je n’entends plus rien tellement je suis concentré.

Je n’entends rien mais je suis quand même attentif à mes deux compagnons de galère dont l’un n’a pas tardé à terminer ses 300 mètres de natation tandis que l’autre a craqué et finira en brasse.

Alors là moi je dis que tant qu’il me restera un peu de force je ne dévierai pas de mon crawl à la mode Régis mais promis Daniel pas les pieds en porte manteau !

Que diable j’ai une réputation à défendre pas que la mienne mais celle du club de Nanterre également !

En effet j’ai pu constater que certains sur les bancs de la piscine s’étaient émus bruyamment de l’arrivée d’un membre du club des jaunes et verts !!!

Encore quelques mètres et je vais pouvoir enfin sortir et faire tourner les jambes.

10 secondes maxi pour me sécher, je respecte les consignes et ne met pas plus de 5 secondes pour enfiler chaussettes, baskets et grimper sur mon destrier !

Et je tourne les jambes sans fin, enfin presque pour 7 bornes, encouragé comme il se doit par mon binôme de circonstance Sophie qui commente chaque changement de kilomètre le plus bruyamment possible.



Entre le Kilomètre 2 et le kilomètre 1,5 le speaker vient me faire confirmer en direct que c’est bien moi un des premiers inscrits à cette belle épreuve et toujours moi un des fans absolus de la page Facebook de l’épreuve, je lui confirme entre deux rugissements, tellement j’ai encore des forces à mettre dans cette épreuve…

En fait je donne tout ce que je peux mais je suis déjà laminé !

Je ne suis pas en train de payer une vie de débauche nutritionnelle mais tout simplement celle d’un mec un peu dépassé par les évènements personnels et professionnels.

Mais bon je suis là et je ne lâcherai toujours rien.

Sophie me gueule dessus pour que j’en termine le plus vite possible et je sur réagis à ces hurlements en tournant les jambes encore plus vite.

Je ruisselle de l’eau de la piscine que je n’ai pas épongée mais aussi de ma propre sueur.

Ca y est la Tri fonction aux couleurs de Nanterre est baptisée !!!

J’y  suis j’ai atteint les 7 bornes qui vont me libérer pour la suite et là Ô surprise je ne suis toujours pas le dernier, d’autres compagnons de galère continuent à faire tourner les Watt bike qui n’en demandaient pas tant…

Je remets le dossard sur le devant et j’essaie de mettre un pied devant l’autre, je suis imbibé d’eau et pourtant à me voir essayer de courir, on pourrait penser qu’il s’agit d’autre chose que de l’eau…

J’ai un mal fou à aller droit et je suis mécaniquement le chemin montré par des bénévoles toujours aux petits oignons, je suis quand même drôlement verni de pouvoir participer à une course comme celle-là !

A gauche puis à gauche, encore et toujours à gauche, bref il faut faire le tour du pâté de maison et donc de la piscine deux fois avec récupération du chouchou à chaque boucle.

Je ne sens ni le froid, ni la pluie, seulement mon petit déjeuner que j’aurais dû un peu alléger.
Il va vraiment falloir que je le fasse un jour car ce n’est pas la première course qui me conduit à cette réflexion.

Le climat incite peu de passants à rester dehors et l’on ne croise à intervalles très réguliers que les bénévoles qui n’ont de cesse de nous encourager sur ce parcours.

Au milieu de la première boucle alors que je reprends tout doucement mes esprits, je dépasse un concurrent et j’en suis le premier surpris.

Mon avance à vélo devait être assez confortable car malgré mon train de sénateur (11,44 mn pour 2 kilomètres) je ne serai pas rattrapé et mieux encore je ne verrais pas d’autre concurrent sur le parcours.

La deuxième boucle se passe comme dans un rêve, en fait j’ai déjà gagné, gagné le début de ma saison et mes retrouvailles avec mon sport préféré sous les couleurs jaune et verte !

What else ?

Je vous conseille ce type d’exercice qui a le mérite d’être dans le prolongement de ce que nous faisons tous chaque lundi.

Finalement je récidiverai bien le 16 mars prochain à Meudon …




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire