jeudi 13 juin 2013

La quatrième dimension de l'arche...






Jeudi 13 JUIN 22 H 20 : Au moment d'insérer ces quelques lignes je pense à la course du lendemain et aux nombre de kilomètres que je parviendrai à parcourir...

Il ne reste plus qu'à écrire le chiffre ! 

Petite fantaisie cette année DEUX COURSES de une heure et demie maximum chacune car le temps est décompté , cela me laisse envisager une bien jolie distance même si je ne donne pas cher de ma peau en ce moment. 

Entre le boulot envahissant , les séances irrégulières d'entraînement et notre petite bulle familiale ce n'est pas simple d'avoir un entraînement digne de ce nom. 

23 H 20  on dirait que le ciel veut nous envoyer un message positif en nous laissant imaginer que le temps sera agréable demain pour courir.






Le genre de course vers laquelle je me tourne de plus en plus : celles qui ont un sens , une véritable utilité , une cause que mes kilomètres parcourus vont alimenter. 

Cette course autour de la grande arche de la Défense (d'ou le titre de l'article) est un grand classique dans mon programme annuel. 

Comme pour un certain nombre d'éditions précédentes je me libère des contraintes professionnelles en prenant une journée de congé pour me permettre de me consacrer entièrement à cet évènement. 

Je concentre donc toutes mes forces sur la ou plutôt les deux courses,d'une durée maximum d'une d'une heure et demie chacune , qui vont se succéder à 13 H 15 d'abord puis à 15 H 15.

J'arrive vers 12 H 00 sur place le temps de récupérer le T-Shirt de l'association Axa Atout Coeur pour laquelle je cours régulièrement lors d'évènements similaires (course du souffle, Téléthon, les foulées de l'Assurance...).

Comme pour l'édition précédente pas de têtes connues , c'est presque une situation normale car je cours pour les couleurs de l'association d'entreprise Axa ... groupe dans lequel je ne travaille pas ...

Je prépare mes petites affaires et m'apprête à rejoindre la zone de départ ou tout le monde s'est donné rendez-vous et est impatient de commencer !

Présentations des partenaires et petit discours du directeur général d'Action contre la faim qui courra également avec une équipe de l'ONG organisatrice. 

Le départ se fait sereinement et le premier tour d'un kilomètre qui permet d'encercler la Grande Arche va se répéter le plus souvent possible pendant une heure et trente minutes au maximum. 

Moi qui me préparais à tenir psychologiquement seul face à mes défis et mes objectifs je suis vite rejoint par Marc un de mes rares amis de l'association qui s'est décidé à la dernière minute à m'accompagner pendant quelques kilomètres pendant sa pause déjeuner. 

Sa présence me permet de me mettre dans un rythme idéal que je suivrai jusqu'à la fin du temps imparti pour cette première course. 

Celle-ci se déroule dans des conditions idéales , un tout petit peu de vent , du soleil juste ce qu'il faut et comme d'habitude une très belle ambiance de fête qui n'est pas étrangère à la cause que nous venons tous défendre. 

Le parcours autour de la grande arche n'est pas si facile que cela avec un faux plat montant assez rude. 

J'ai en tête deux objectifs ambitieux pour les deux parcours d'une heure et demi car je ne cours pas que pour moi.

Et c'est surtout cela qui me motive , utiliser les kilomètres que je parcours pour faire avancer des projets et des causes comme celles d'Action contre la Faim. 

Je cours également pour la femme de ma vie qui ne peut pas courir pour le moment mais aurait tellement voulu être parmi tous ces volontaires de la marche ou de la course à pied. 

Cette première course d'une heure et demie se fait sur un rythme élevé puisque j'engrange 18 kilomètres et le contrat est bien rempli. 

J'ai 45 minutes pour me préparer à recommencer et je ne vais pas perdre une seconde même si je commence à éprouver quelques difficultés à rejoindre la voiture. 

Je me change complètement et j'essaie de recharger les batteries pour réussir mon deuxième pari de la journée. 

Comme je l'imaginais , cette deuxième course qui vient en cumul des 18 premiers kilomètres est bien plus difficile. 

D'abord les participants sont bien plus nombreux que pour la première course et c'est déja une difficulté en soi. 

Et comme pour un marathon la barrière des 30 kilomètres est toujours aussi violente et me fait vite comprendre que terminer sera plus difficile que prévu. 

Je ne peux pas éviter de marcher mais je ne lacherai rien. 

J'ai les jambes comme des poteaux et qui ne me permettent plus d'avancer comme je le souhaiterais. Alors je mets un pied devant l'autre et j'essaie de réaliser mon objectif qui était de parcourir au moins 15 kilomètres sur cette deuxième partie. 

Je l'atteindrai dans la douleur , mais je bouclerai ces deux parcours sans rien lâcher : 

33 kilomètres en 3 heures. 

La récompense ? la voila : 



2 313 participants
473 440 € collectés

lors de la 6ème édition
du Challenge contre la Faim
"14 juin 2013"




















En 2012, 30 313 km avaient été parcourus par 2 188 coureurs, permettant ainsi à l’association de collecter plus de 457 000 € au profit de ses programmes en Côte d’Ivoire, au Népal et au Yémen. 
Pour cette nouvelle édition, vous avez fait encore mieux !

Le vendredi 14 juin dernier, 2313 salariés ont pris le départ du Challenge Interentreprises contre la Faim. Coureurs et marcheurs ont parcourus 29 582 km. Grâce à leur mobilisation et à l'ensemble des entreprises participantes, 473 440 € ont pu être collectés au profit d'Action contre la Faim pour aider à financer ses programmes mis en œuvre en Haïti et au Libéria.

Bravo et merci à tous les participants qui ont contribué à la réussite de cet évènement !

Pour rappel, voici le principe du Challenge contre la Faim :

Pour sensibiliser le grand public à la problématique de la faim dans le monde et collecter des dons afin d’aider à financer les programmes de l'association, Action contre la Faim organise chaque année depuis 6 ans le Challenge Interentreprises contre la Faim. Il s'agit d'une course à pied solidaire qui réunit des entreprises qui ont à cœur de fédérer leurs salariés autour d’une grande cause humanitaire.

Pour chaque salarié inscrit, l’entreprise s’engage à verser un don forfaitaire de 10 €. Ce don permet à Action contre la Faim à la fois de maintenir des conditions d’accueil et de sécurité optimales pour les coureurs le jour du Challenge mais également d’augmenter leur réponse opérationnelle sur le terrain.

Pour chaque kilomètre parcouru par les salariés, l’entreprise s’engage à verser 15 € à Action contre la Faim.

Chaque euro collecté est intégralement reversé à Action contre la Faim.

A QUOI SERVENT LES DONS ?

Chaque euro collecté est intégralement reversé à Action contre la Faim

En 2012, 75 % des dons collectés lors du Challenge sont affectés à des programmes sur le terrain. 

EN COTE D'IVOIRE 
Les dons du Challenge contre la Faim 2013 permettent de mener un projet de prévention, détection et prise en charge de la malnutrition aiguë au travers d'une approche intégrée multisectorielle à l'Ouest de la Côte d'Ivoire, dans les régions des Montagnes et du Moyen Cavally.

L'intervention des équipes d'Action contre la Faim a été mise en œuvre dans cette zone suite à une évaluation menée sur place qui a mis en évidence une grande précarité des moyens d'existence des populations et un risque important d'insécurité alimentaire à court et moyen termes.

L'utilisation des dons du Challenge sur ce projet a pour objectif de renforcer les capacités de dépistage, d'accueil et de traitement de la malnutrition des structures de santé existantes et des communautés locales à travers la formation du personnel et la création d'un réseau d'Agents de Santé Communautaire. Ils permettent également à l'association de mettre en place des séances de sensibilisation afin de sensibiliser et former les populations aux bonnes pratiques concernant la prévention de la malnutrition et la promotion à la santé.


AU NEPAL 
Les dons du Challenge contre la Faim 2012 permettent également de mener un projet de prise en charge à base communautaire de la malnutrition aiguë auprès des populations dans l'Est du Népal, où le taux de prévalence de la malnutrition aiguë globale est de 11,2%.

L'intervention des équipes d'Action contre la Faim s'organise, en coordination avec le Ministère de la Santé et UNICEF, comme un appui aux structures existantes afin de lancer un programme de prévention, de dépistage et de traitement de a malnutrition aiguë sévère chez les enfants de moins de 5 ans.

L'utilisation des dons du Challenge sur ce projet a pour objectif de former le personnel de santé et de mettre en place des séances d'information à destination des familles sur la nutrition et les pratiques de soins et d'hygiène de base.

Ce projet est la première phase d'un projet de 3 ans.


AU YEMEN 
Les dons du Challenge contre la Faim 2012 permettent enfin de mener un projet au Yémen.

A ce jour, les autorisations sont en cours d'obtention. Les programmes seront mis en œuvre prochainement. Dans cette attente, les équipes d'Action contre la Faim continuent leurs missions exploratoires afin de préparer au mieux leurs interventions, une fois celles-ci lancées.

Les dons restant seront affectés en fonction des urgences et des besoins rencontrés par Action contre la Faim.

Pour rappel, en 2011, 50% des dons collectés lors du Challenge avaient été affectés à des programmes au Bangladesh et en République Centrafricaine.


AU BANGLADESH 
Les dons du Challenge contre la Faim 2011 ont permis de lancer le premier projet pilote ACF CMAM (Community based Management of Acute Malnutrition*). La zone d'intervention est le District de Cox's Bazar, une zone relativement vulnérable au Sud-Est du pays, qui reçoit un flot important d'immigrants illégaux fuyant la répression et la discrimination du pays frontalier, la Birmanie.

Avec plus de 13 % de Malnutrition aiguë globale, la région se trouvait au-delà du seuil critique nécessitant une intervention, notamment dans les districts d'Ukhia (195 .000 habitants) et Teknaf (270.000 habitants). Devant l'incapacité des pouvoirs publics (notamment sanitaires) de faire face aux problèmes, ACF s'est proposé de mettre en œuvre le modèle CMAM en formant notamment le personnel de santé local.
* Traitement de la malnutrition aigüe basé sur la participation de la communauté.


EN REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE 
Les dons du Challenge contre la Faim 2011 ont également permis de mener un projet Nutrition et Amélioration de la prise en charge de la malnutrition aigüe sévère dans les Formations Sanitaires de la préfecture de la Sangha Mbaéré et ainsi prévenir la malnutrition aigüe sévère.

L'utilisation des dons du Challenge sur ce projet a permis d'assurer l'intervention d'ACF dans cette zone et d'anticiper et atténuer les risques de dégradation de la situation nutritionnelle durant la période de soudure 2012 (période entre la fin des stocks alimentaires et la prochaine récolte).


Les 50% restants constituent les fonds propres de l'Action contre la Faim. L'association a affecté les dons restants en fonction des urgences et des besoins qu'elle a rencontrés.



Et tout cela suffit à mon bonheur de coureur !












Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire