dimanche 7 octobre 2012

Beauvais comme une évidence !



Plus de trois mois pour accoucher d'un compte rendu c'est un peu long je vous l'accorde mais au moins cela a eu le mérite de me laisser du temps pour le préparer !

Beauvais , son épreuve Courte Distance ,  aura toujours une place à part dans mon programme sportif comme certaines épreuves incontournables qui seront toujours de merveilleuses madeleines de Proust !

Une première participation à l'édition 2011 de l'épreuve Courte Distance de ce triathlon ne m'a laissé que de bons souvenirs même si j'ai eu la compagnie de la moto balai pendant la quasi totalité de la partie vélo ! 

http://lebleutriathlete.over-blog.com/article-et-si-je-me-posais-un-peu-moins-de-questions-76564517.html

Pour l'édition 2012 j'ai décidé d'anticiper l'inscription et d'en faire l'un de mes objectifs. 

Peu d'entraînements avant l'épreuve mais un renforcement de la natation et surtout une très nette amélioration du crawl , pour faire simple j'ai l'espoir de parcourir une bonne part des 1500 mètres en crawl !

Pour ce déplacement à Beauvais je suis comblé car je suis accompagné de ma femme et ma fille : mes supportrices les plus assidues. 




Et comme la photo ci-dessus l'illustre , la pluie s'est également invité à cette journée et elle ne nous quittera pas un instant.

Nous quittons la maison au milieu de la matinée sous quelques gouttes et la pluie va vite atteindre sa vitesse de croisière. 





Je peux bien l'avouer maintenant mais à plusieurs reprises sur la route en direction de Beauvais , je suis tenté de rebrousser chemin pour mes deux fans d'abord et pour moi aussi. 

Mais c'est comme abandonner en pleine compétition , impossible ! 


Cela ne m'est pas encore arrivé et je ferai tout pour que cela n'arrive pas.

La pluie redouble de violence et j'ai même des difficultés à voir la route.

Bien sûr je pense aux conditions de course mais aussi à tout ce qui entoure la compétition mais finalement je poursuis et de toute façon nous sommes presque arrivés.

Je prépare les affaires.








Cette année nous avons pris soin d'arriver plus tôt , cela nous épargnera une dose de stress inutile.

Nous savons que la distance entre le parking et le parc à vélo nécessite 20 minutes de marche alors nous ne tardons pas. 


Je récupère mon dossard aussitôt arrivé et dépose mon vélo dans la foulée en prenant soin de bien disposer et organiser mes affaires pour la suite des réjouissances.

Je peux bien me l'avouer mais je n'ai jamais roulé en conditions de pluie.

Je vous entends d'ici : il n'est pas sorti de l'hiver ...et bien oui j'ai été très léger sur les entraînements vélo aussi et là je sens que je vais le payer cash !






Bon la partie natation devrait être la plus simple puisqu'elle va se dérouler sous la pluie et c'est le cas ce n'est pas compliqué du tout et pour la première fois je déroule 1450 mètres de crawl et 50 mètres de brasse.




Contrat rempli pour cette première partie avec tous les ingrédients de la natation version triathlon : départ en sprint , combat de tous les instants , coups de pieds , coup de poings, chocs divers et variés,erreurs de parcours.......je suis vite remis sur les rails par le bénévole qui se trouve dans son canoë. 







Je suis heureux de voir la fin de la natation mais préfère ne pas me projeter sur le parcours vélo qui m'attend bien sagement.

Je sors enfin et commence à retirer ma combinaison.

J'arrive à mon vélo et prends soin de m'essuyer même si cela ne sert à rien. Je suis trempé et vais le rester jusqu'à la fin !


Tant bien que mal je me transforme ou tout du moins j'essaie de me transformer en cycliste et repars en guerrier rouler ces 40 kilomètres en trois boucles.

Mon avantage ? C'est de connaître ce parcours que j'ai déja pratiqué l'année précédente. 


Et justement je sais ce qui m'attend et je me suis préparé tout du moins psychologiquement.

Les trois boucles identiques dans la campagne sont tout sauf faciles car elles font alterner une côte dantesque qui obligent les coureurs à l'humilité la plus totale.





Pendant ce parcours je vais croiser les doigts pour ne pas subir d'ennuis mécaniques et vais me consacrer au parcours et à tenir un rythme régulier.

Je croiserai pendant ces trois tours un nombre assez important de coureurs (une cinquantaine) à pied avec leur vélo à côté d'eux. 


Je parcours les 40 kilomètres sous la pluie et ne m'en sors pas si mal que cela.

L'ambiance est toujours aussi chaleureuse et dans les deux villages traversés, certains habitants n'hésitent pas à rester dehors pendant toute la course pour encourager ces sportifs un peu particuliers.

Logique après tout nous sommes
 à Beauvais , la '' capitale '' du triathlon. 

Comme d'habitude la pression de mes pneus laisse à désirer et va me faire craindre le pire ... jusqu'à ce que j'arrive devant le parc à vélos et que je dépose le mien. 

Je prends mon temps et surtout de quoi me nourrir et m'abreuver.

Le climat ne montre aucun signe d'amélioration et s'est même dégradé. 


Le chemin sableux de la dernière épreuve , 10 kilomètres de course à pied , va marquer définitivement mes chaussures de course à pied qui mettront plusieurs jours avant de sécher.

J'ai beaucoup de chance d'être soutenu par ma femme et ma fille qui m'attendent sagement sur le parcours de course à pied.
Elles aussi sont trempées et ont bien plus froid que moi depuis que nous sommes arrivés. 

Elles sont extraordinaires comme d'habitude et sans , elle , je ne serais rien.

Chaque jour elles me donnent la force de soulever des montagnes.


Deux boucles pour la course à pied qui ne sont pas des plus faciles mais je serre les dents et m'accroche pour boucler cette épreuve que j'affectionne tout particulièrement et , ce , malgré le climat. 

L'ambiance beauvaisienne est propice à la pratique du triathlon et je reviendrai , sans aucun doute , l'année prochaine. 

Cette compétition a aussi été l'occasion de croiser les meilleur(e)s triathlètes français. 

A l'heure ou j'écris ces lignes ( 07 Octobre 2012 , 21 H 10 ) Beauvais Triathlon s’impose devant Saint Raphaël et Poissy chez les hommes.























Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire